Une œuvre audacieuse de LODHO au Périscope

Publié: 13 avril, 2012 dans Arts multidisciplinaires, Musique et chant, Théâtre
Tags:, , , , ,

par Micheline Simard

L’Orchestre d’Hommes-Orchestres (LODHO), collectif d’artistes-musiciens innovateurs, formé à Québec en 2001, s’installe au Théâtre Périscope du 10 au 28 avril, avec son nouveau spectacle : Kurt Weill – Cabaret brise-jour et autres manivelles. C’est une œuvre «brise-jour», on pourrait dire «brise-genre»! Car elle allie le théâtre de rue et le cabaret, la virtuosité musicale et l’originalité scénique pour que «la musique se voie».

Ce serait la réussite à laquelle parvient intelligemment LODHO, d’après les critiques. Le spectacle peut sembler subversif et dérangeant pour qui s’attend à une pièce de théâtre dans les formes habituelles, soit à une interaction verbale entre les comédiens ou tout au moins, à une quelconque évolution dramatique. Or, c’est une plongée qu’on nous propose dans l’univers de Kurt Weill, un compositeur allemand de la première moitié du XXe siècle, naturalisé américain. On fait une incursion dans le monde du cabaret de l’époque, en Allemagne tout spécialement, connu pour son côté décadent. Il y a des repères: le décor, les costumes et les instruments de musique, créés de toutes pièces et rivalisant d’ingéniosité, évoquent la période, mais on y échappe vite par les jeux de scène bien contemporains. Les musiciens sont des hommes et femmes-orchestres de grand talent. Leur performance impressionne. Après chaque saynète, sous le coup de l’émotion les spectateurs applaudissent, comme lors d’un concert de jazz ou de rock. D’ailleurs, on ne sait pas trop d’où l’on vient, après avoir quitté la salle. On en a plein les yeux et les oreilles! Avant l’intermède, on nous a dit à peu près ce qui suit : «Ce qui importe n’est pas de sortir en premier, mais de sortir vivant». On comprend alors l’enjeu risqué du spectacle  qui est à l’affiche du Périscope jusqu’au 28 avril.

Lien suggéré
Programmation du Théâtre Périscope
Site du collectif L’orchestre D’Hommes-Orchestres

Photographie de Frédérick Auger

Les commentaires sont fermés.