La_Boite_premier actepar Vanessa Bédard-Gagnon 

Le Théâtre Premier Acte propose du 19 au 30 novembre 2013 La Boîte, pièce conçue par les étudiants finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec du collectif Le Chapeau Incendié.

On y retrouve donc tout au long de la pièce ces finissants qui ont puisés leur inspiration chez le dramaturge Eugene Ionesco. On y raconte un monde, le monde de la boîte. Une boîte qui engourdit la population et qui provoque une forme de dépendance puisque plus personne ne peut s’en passer. On y présente au spectateur avec facétie une œuvre politiquement incorrecte. Les auteurs dénoncent avec vigueur et humour des parties de la société en les représentant par la famille des Brebis Bérubé, famille caricaturale du rêve américain des années 1970.

Les Brebis Bérubé sont ainsi grâce à un produit industriel pseudo révolutionnaire, «la boîte». Dès le départ il est montré clairement que penser ou avoir des idées sans l’aide ou l’accord de «la boîte» est une très mauvaise chose. Du moins, mauvaise pour tous les hauts dirigeant de ce monde, c’est à dire les Bobby Waston. Car ceux-ci sont tous nommé ainsi. La famille gouvernementale, le prêtre, Juif, Musulman, Rastapharien, ou peu importe l’instance religieuse qu’on essaie d’être pour rallier tout le monde à sa cause…

Bref, pouvoir continuer à régner grâce à «la boîte» les Bobby Waston doivent avoir une héritière. Mais Madame Watson refuse de concevoir une fille. C’est pourquoi les Bobby Waston décident de kidnapper une enfant de la populace, une Brebis Bérubé, et de la manipuler jusqu’au point où elle oublie d’où elle vient.

Il faut souligner les textes brillamment tourné, plein de jeux de mots, et la fin rebondissante de La Boîte, qui démontre que l’humain a toujours cherché à contrôler. C’est une cette pièce à recommander à toutes et à tous, une merveilleuse expérience théâtrale.

Lien suggéré
Programmation du Théâtre Premier Acte

Photographie de Cathy Lessard

Les commentaires sont fermés.