Archives de novembre, 2011

Mercredi le 30 novembre le Grand Théâtre de Québec accueille en spectacle le collectif musical Arometis à l’occasion du lancement d’un CD éponyme. Le projet est issu des démarches des rencontres Diversité et du projet Création plurielle en place depuis 2007-2008 d’accueil aux immigrants et intégrant principalement les aspects de l’emploi et de la culture. Progressivement ont été créé des échanges, des dialogues et une mobilisation collective à l’origine de plusieurs spectacles, de la série radio «Projets métissés» sur les ondes de la station Espace Musique et la production d’un disque. Ce travail de musiciens d’univers différents a provoqué des étincelles créatives intégrant des musiques folkloriques québécoise en courtepointe avec des musiques des trois Amériques, de l’Europe, de l’Afrique, de l’Océanie et de l’Asie sous la direction et les arrangements de Nicolas Jobin, bien connu à Québec pour ses expériences éclectiques parfois décoiffantes mais toujours stimulantes, également fondateur du Consort contemporain de Québec.

Se voulant à la fois une rencontre humaine et artistique, le projet Arometis réunit des musiciens, des chanteurs et une slameuse qui ont choisi de revisiter, en une création originale, 13 chansons signées par 11 d’entre eux. Après une première présentation à Montréal le 22 novembre, un deuxième lancement était ouvert à tous gratuitement à Québec et affiche complet. L’album Arometis est disponible en magasin.

Pour apprivoiser le projet Arometis: http://www.youtube.com/watch?v=ar7G9-te3ug
Le site web d’Arometis: http://www.arometis.com/
La série Portraits métissés d’Espace Musique : radio-canada.ca/portraitsmétissés.

Photographie de Marc-André Laliberté

La 2e édition de l’évènement Relève en capitale prendra fait et place à Québec du 1er au 10 décembre 2011. En 2010, Relève en Capitale a cassé la glace avec succès et les 200 et quelque créateurs et artistes impliqués cette année sont fin prêts à récidiver.

À l’initiative de la ville de Québec et la mesure Première ovation qui vise à soutenir la relève artistique de la capitale, et en partenariat avec le ministère de la Culture, sept disciplines seront à l’honneur. En effet, le théâtre, la musique, la danse, les arts littéraires, les arts médiatiques et les métiers d’art seront mis en scène pour présenter le travail d’artistes émergents de la ville de Québec et d’oeuvres significatives de l’année qui s’achève.

Plusieurs activités sont accessibles gratuitement tels l’exposition Explorations Spatiales au Pavillon Charles Baillargé du Musée des Beaux-Arts (1er décembre au 15 janvier), le parcours littéraires Mémoires au Morrin Center (1er et 4 décembre), les lectures Impressions d’ici au théâtre Périscope (1 au 3 décembre), le Salon Nouveau Genre 6 à l’église St-Jean-Baptiste (10 et 11 décembre) ou le Concert patiné à la Place d’Youville (10 décembre). D’autres sont abordables moyennant des coûts «sympathiques» ou l’achat du passeport au prix de 25$.

Dans le cadre de l’évènement tous sont invités jusqu’au 8 décembre à voter pour un clip préféré parmi une sélection de vidéos réalisées au moyen de téléphones cellulaires: http://www.voxtv.ca/concours/recmobile/

Pour consulter la programmation dans son ensemble et le détails des activités: http://www.premiereovation.com/rec2/

par Lucie Vallée

Arielle De Garie et Stéphane Demers, aventuriers cinéastes, sont de retour. Après un périple à travers les trois Amériques qu’ils aimeraient bien poursuivre par la suite sur d’autres continents à la recherche du bonheur, ils présentent deux conférences les 24 et 25 novembre au Pavillon Desjardins de l’Université Laval. Ils sont partis il y a quatorze mois dans un périple autour du globe pour faire un documentaire sur la nature du bonheur avec un regard prenant en considération les aspects personnels, culturels, psychologiques ou sociologiques qui définissent la vision des individus rencontrés sur leur chemin. Ils ont vécu, filmé, photographiés ou écrits leurs rencontres à la recherche d’un lien entre les humains plus grand que le malheur qui semble parfois tellement les ressembler.

Ils ont travaillé très fort avant le départ pour accumuler des fonds pour le projet et la difficulté de la chose fit qu’en cours de route ils ont dû être créatifs et se débrouiller pour  générer des moyens financiers de poursuivre l’aventure. La condition physique d’Arielle qui se déplace en chaise roulante était un défi que les deux compagnons ont géré avec brio. L’envie originelle d’être ailleurs est peu à peu devenue peu à peu un choix d’être ici et maintenant, conscient. Une certaine magie du voyage a pris fin de façon abrupte en Uruguay alors qu’ils ont perdu la majeure partie des équipements et du matériel vidéo et des images accumulés. Toutefois, à partir de matériel récupéré et forts de leur expériences, ils présentent une conférence sur le projet animée par Arielle avec beaucoup d’anecdotes, d’humour et d’analyse. Expérience humaine, cette conférence représente également une source de financement pour les deux globe-trotteurs qui désirent poursuivre leur projet de documentaire. La saisie vidéo de la conférence permettra aussi à certains de se la procurer sous forme de CD et d’encourager le projet.

Pour plus d’info: http://www.surlaterre.ca/pourquecacontinue.html

La préparation des fêtes de Noël et du jour de l’An s’annonce souvent avec les activités commerciales de novembre. Les premières neiges sont aussi un incitatif à installer des décors et programmer des activités pour la fin de l’année. À travers les préparatifs des fêtes, des cadeaux et des repas familiaux, des moments de loisirs sont accessibles pour tous les goûts et toutes les bourses. Plusieurs salles de spectacle de la région présentent des récitals nous invitant à se plonger dans les mélodies classiques ou traditionnelles du temps des fêtes tel le Cercle (Casabon fête Noël), le centre d’art La Chapelle (Marie-Michèle Desrosiers), le Palais Montcalm (Choeur Gospel Célébration de Québec), l’Église St-Ambroise de la jeune Lorette (Harmonie de Loretteville) ou l’église St-Roch (Les stars chantent Noël). Et ceci n’est qu’un aperçu des spectacles offerts qui sont multiples et pleins de promesse.

Parmi les d’autres propositions à Québec pour savourer l’atmosphère des fêtes dans les différents arrondissements, on peut évoquer des activités à Charlesbourg, Cap-Rouge ou Sainte-Foy: chaque quartier regorge de projets. N’hésitez pas à explorer les possibilités tout près de chez vous!

Maison Blanchette de Cap-Rouge: http://www.maisonblanchette.org/CAMB_activite.htm
Centre d’interprétation historique de Sainte-Foy: http://www.paricilavisite.qc.ca/lieux-programmation.php?id_lieux=1
Charlesbourg: http://www.noelautraitcarre.org/

par Lucie Vallée

Jusqu’au 27 novembre, la maison O’neill, présente une exposition de sculptures d’Anne Renard. Cette artiste qui a à son actif trente ans d’une démarche faite de recherche et de labeur offre au public des oeuvres sensibles, toutes en finesse et chaleur que son matériau privilégié, le bronze, lui permet de créer. Appréciée de collectionneurs à travers la planète, elle expose à la maison O’neill des oeuvres évoquant notamment des oiseaux et des personnages oniriques et des arbres jaillissant du roc, ces derniers réalisés au moyen de matériaux récupérés du procédé de coulage à la cire perdue.

La maison O’neill est un des bijoux du réseau des lieux muséaux de la Ville de Québec. Ouverte au public depuis une dizaine d’année, elle est un lieu de diffusion culturelle et un site qui favorise l’observation de la nature et la randonnée pédestre sur les bords de la rivière Saint-Charles. D’abord sauvegardée grâce à la ferveur de citoyens convaincus de la valeur de ce site témoignant du patrimoine rural et agricole de l’arrondissement Les Rivières, cette propriété de la ville de Québec est actuellement gérée par La société de la mise en valeur de la Maison O’Neill. Cet organisme a pour mission d’animer le site et y produit différentes activités artistiques, culturelles et patrimoniales tout au cours de l’année.

Pratiquement à chaque mois il est possible d’y voir une exposition temporaire telle celle des sculptures de bronze d’Anne Renard. On y retrouve également l’exposition permanente thématique La maison O’Neill et son site : trois siècles d’histoire, qui permet de découvrir le passé de cette proche banlieue rurale de la ville de Québec à travers l’histoire de la famille O’Neill et de l’évolution de l’occupation du site depuis le régime français jusqu’à aujourd’hui. Les sentiers sillonnant le site permettent l’observation de la flore et de faune riveraine selon les aléas saisonniers.

Site de la maison O’neill: http://www.lamaisononeill.org/

Le Musée huron-wendat de Wendake inaugure le 18 novembre une exposition temporaire consacrée à l’artiste Sylvain Rivard. Auteur et artiste pluridisciplinaire, Sylvain Rivard  a récemment écrit et illustré le recueil de contes abenakis Moz en cinq temps, retraçant le parcours mythique de l’orignal à partir de sa dimension originale alors qu’il surpassait les montagnes, avant de devenir l’animal que nous connaissons aujourd’hui qui a perdu son don de la parole… Le Musée huron-wendat a sélectionné pour cette exposition des éléments de la production artistique de Sylvain Rivard dans le cadre de la préparation de son recueil de contes. Les oeuvres présentées sont réalisées à partir d’un travail minutieux de collages de matériaux récupérés et découpés. L’artiste utilise cette technique qu’il maîtrise admirablement pour évoquer et récréer avec finesse et beauté l’univers des contes abénakis inspirés à travers sa démarche de conteur et qu’il présente sous forme de recueil lorsqu’il sent que ses visions atteignent leur maturité.

Inauguré en 2008, le Musée huron-wendat a pour mission la conservation et  la mise en valeur du patrimoine autochtone de cette nation. L’exposition temporaire Moz en cinq temps est présentée dans la salle de la Tortue de l’Hôtel-Musée des Premières nations à Wendake. Cependant, il est possible de visiter également le coeur du musée qui est une exposition permanente multimédia conçue autour des thèmes des territoires, des mémoires et des savoirs. Le musée offre aussi toute une gamme d’activités comme des circuit commentés du vieux Wendake, des expéditions de chasse hivernale, des soirées automnales de légendes autour du feu ou des excursions sur la rivière Akiawenrahk (Saint-Charles). Une boutique d’objets d’art complète la programmation de ces activités pédagogiques et thématiques.

L’exposition MOZ en cinq temps sera en cours jusqu’au 29 avril 2012.
http://www.hotelpremieresnations.com/musee/concept.php

Du 13 au 21 novembre 2011, dans le cadre de l’exposition consacrée aux 75 ans de Radio-Canada, le musée de la Civilisation présente à Québec l’événement Liberté! Liberté?. Pendant 9 jours et 1 nuit, des spécialistes de tous les horizons, penseurs et artistes qui ont étudié, réfléchi ou vécu la notion de liberté proposent au public de la décrypter et d’en comprendre les enjeux. L’événement a débuté en force dimanche le 13 novembre, alors que cinq correspondants de Radio-Canada à l’étranger participaient à une table ronde sur le thème de la liberté de presse dans le monde.

Les journalistes Raymond Saint-Pierre, Jean-Michel Leprince, Michel Cormier, Akli Aït Abdalla et Luc Chartrand ont entretenu l’auditoire de leurs expériences et de leurs réflexions et répondu aux questions d’un public captivé par leurs observations et leurs analyses. Ardents défenseurs du droit à l’information, chemin nécessaire vers une liberté réellement incarnée dans le monde où nous vivons mais qui se vit sous de multiples formes à l’échelle de la planète, ces journalistes ont su exprimer à travers l’exposé de leurs aventures les limites rencontrées pour couvrir l’actualité internationale façonnées par l’accès et le partage inégal des ressources, les évolutions liées avec les technologies de l’information et des éléments humains qui ont marqués leur travail.

Parmi d’autres activités prévues dans le programme de la semaine des tables rondes sont proposées, le lancement d’un documentaire consacré à Gérald Godin ainsi que des projections de documentaires et le passage de la Wapikoni mobile. Plusieurs conférences prometteuses sont également à l’horaire. À souligner, un évènement spécial prendra place jeudi le 17 novembre, la Nuit de la liberté alors que le musée sera ouvert à tous de 14h à minuit.

Liens suggérés
Programmation complète de la nuit de Liberté! Liberté? 
Exposition Radio-Canada une histoire à suivre jusqu’au 23 septembre 2012

De découverte en découverte, novembre annonce peut-être la neige et l’hiver, mais aussi de belles activités à Québec. Les collaborateurs d’Espace Ah! vous proposent notamment des excursions du côté littérature, musique, théâtre et expositions.

À souligner, le Centre chorégraphique contemporain de Québec La Rotonde a débuté le 3 novembre sa 15e année de programmation avec le spectacle s’envoler de la chorégraphe montréalaise Estelle Clareton. L’oeuvre présentée par 11 interprètes a réussi avec succès à transporter son public vers le monde de sensation et de légèreté évoqué. Samedi 5 novembre, Armand Vaillancourt présentait à la maison Hamel-Bruneau, dans le cadre de l’exposition Sculpture de masse, une conférence-échange avec le public. « Armand le magnifique », malgré une certaine timidité avouée, a partagé avec l’assistance dans une salle comble, sans réserve et avec générosité, un aperçu de son parcours et de sa démarche artistique et sociale toujours vivante, fougueuse et riche.

La semaine prochaine, mardi 15 et mercredi 16 novembre en après-midi, des conférences et rencontres ouvertes à tous sont offertes dans le cadre de l’exposition En avant la mosaïque! à la villa Bagatelle. Renseignements au 418-654-0249. Jeudi 17 et vendredi 18 novembre c’est la première édition du Festival du Jamais Lu à l’AgitÉe.

De festival en festival, Québec s’attaque à combattre les déprimes automnales et les organisateurs du 6e Festival folk de Québec s’attellent tout particulièrement à la tâche du 9 au 12 novembre 2012. Fort d’une expérience qui se développe avec les années, après trois premières éditions estivales, c’est maintenant pendant l’automne que cet événement nous est proposé. Ainsi, durant quatre jours les rythmes folk du Québec, du Canada, des États-Unis ou de la France sont offerts aux spectateurs.

Quatre salles, le Cercle, Le pub Saint-Alexandre, L’AgitÉe et le Sacrilège accueilleront du Québec des artistes comme Éric Goulet lançant son plus récent disque, Joe Grass, récipiendaire de l’ADISQ ou les Appendices, qui sont connus par leur projet à Télé-Québec. Chloé Lacasse, forte de sa victoire aux dernières Francouvertes et d’un CD réalisé par Antoine Gratton, sera au Cercle samedi le 12 novembre. De la ville de Québec, le groupe Bleu Pelouse et Sylvia Beaudry nous présenteront les couleurs d’un folk tout près de chez nous. Celle-ci, active sur la scène locale des dernières années, devrait bientôt graver ses chansons sur disque et offrira une performance empreinte de la chaleur et de la finesse qui lui sont propres. Katie Moore et Julie Doiron présentent des projets folks mâtinés d’origines plus lointaines et sont précédées de commentaires élogieux qui présagent de belles rencontres. D’outre-atlantique, les Vendeurs d’enclumes venus plus tôt cette année à Québec et présentement en tournée seront des dignes représentants de la scène franco-française. L’ensemble de la programmation nous promet une édition 2011 de qualité et des expériences musicales aidant à attendre la première neige.

Pour plus d’information ou consulter la programmation: www.festivalfolkdequebec.com
et quelques suggestions:
http://www.chloelacasse.com/
http://lesappendices.telequebec.tv/
http://juliedoiron.com/

Pour une toute première fois, le Festival du Jamais Lu prendra vie les 17 et 18 novembre à Québec. Ce festival a déjà connu dix éditions à Montréal et étendra ses ailes au bar l’Agitée de la rue Dorchester sous l’égide bienveillante de l’auteure et actrice Anne-Marie Olivier. Le Festival du Jamais Lu  a été développé à l’origine dans le but de présenter et de faire découvrir des écrits théâtraux et de mettre en lumière la créativité, la beauté ou la force de mots n’ayant pas encore été l’objet de représentation. Ainsi, des textes enracinés dans notre époque et inspirants pour mieux saisir la société contemporaine seront proposés par des auteurs de Québec ayant décidé d’investir la scène du festival.

Le Jamais Lu de Québec a bâti une programmation en trois temps à un coût très abordable. Tout commencera le 17 novembre par une soirée où cinq auteurs donneront à entendre du matériel en travail qui se retrouvera sur scène prochainement. Dans un deuxième temps le 18 novembre aura lieu une table ronde en formule 5 à 7 où les participant articuleront une discussion sur l’auteur dramatique dans la cité, ouverte gratuitement au public. Finalement cette même journée, un cabaret «corrosif» est proposé où une dizaine d’auteurs se sont engagés à laisser libre court à leur plume et oser une prise de parole sans concession, lucide, téméraire ou crue… sous la baguette de Marie-Josée Bastien.

Dans une certaine continuité avec la deuxième édition de Québec en toutes lettres tenue avec panache en octobre dernier, les mots dits et écrits sont en train de tenir feu et lieu à Québec. Cette expression à l’origine propre au monde seigneurial, peut signifier un engagement à défricher, mettre en valeur et construire un espace où le festival du Jamais Lu nous propose de s’aventurer avec générosité et enthousiasme.

Pour information ou réservation: www.jamaislu.com